onaregarde-pourvous » PROPOSITION » SERIES » Serie GAME OF THRONES

Serie GAME OF THRONES

PROPOSITION / SERIES 2 179 1 22-11-2020, 21:44

Avis de Mark.SOS sur Serie GAME OF THRONES :

Il fut un temps où une saison de « Game of Thrones » était synonyme d’univers riche et mystérieux, de scénario aux intrications complexes et aux surprises savamment orchestrées. Il fut un temps où une saison de « Game of Thrones » était synonyme de personnages subtils et ambigus, lesquels échafaudaient des plans et des relations toujours sournoises mais jamais vraiment manichéennes. Il fut un temps où, dans « Game of Thrones », on voyait des héros et des héroïnes apprendre à faire face ; apprendre à accepter le terrible fatum qui construisait leur vie (et leur mort). Il fut un temps où, dans « Game of Thrones » se retrouver à trois contre un c’était mourir ; où prendre un coup de couteau dans les entrailles c’était mourir, et où mourir… c’était mourir. Et puis nous voilà tous désormais face à cette saison 8 – la der des ders (à moins que HBO trouve un moyen détourné de nous la « Jonsnowiser » cette série) – une saison qu’on a tous attendue ; une saison dont on s’était tous imaginé le contenu pendant près de dix ans ; une saison qu’on espérait tous vivre comme un accomplissement. Et si je me doute que certains sauront trouver là dans cette huitième itération tout le plaisir qu’ils étaient venus y chercher (et tant mieux pour eux) moi je ne peux m’empêcher de me questionner. Qu’est donc devenu le « Game of Thrones » qui me faisait jadis vibrer ? Où est-il passé ? Ou plutôt qu’en a-t-on fait ? Autrefois on suivait une grande mécanique scénaristique faite d’une multitude de parcours croisés qui interagissaient entre eux, mais avec cette saison 8 on se retrouve soudainement à suivre un fil narratif presque unique et univoque ( spoiler:  ). Autrefois les épisodes étaient essentiellement constitués de moments de constructions personnelles et de manigances politiques, mais avec cette saison 8 on ne s’arrête qu’aux interminables batailles et autres discussions remplies d’états d’âmes et de déversoir d’émotion ( spoiler: ). Plus personne n’évolue ou n’élabore de plan et s’il le fait cela se décide en deux coups de cuillère à pot et sans qu’on puisse y voir une quelconque logique ou intelligence ( spoiler:  ). Autrefois l’intrigue était construite autour d’aboutissements et de plans logiques que certains aléas venaient totalement bousculer, rendant ainsi ces ruptures d’autant plus fortes et tragiques pour le spectateur. Mais avec cette saison 8, la logique c’est ce qu’on cherche à éviter le plus possible, surtout quand on a décidé de conduire l’intrigue manu militari jusqu’à une scène ou un dénouement voulus. spoiler: Bref, à bien tout prendre, force nous est de constater que cette saison 8 de « Game of Thrones » se pose clairement comme une sorte de gigantesque contre-pied (pour ne pas dire comme une sorte de gigantesque trahison) fait à l’état d’esprit originel de cette série. Et s’il est vrai que cette ultime saison n’est certes pas à l’origine de ce retournement, elle reste néanmoins celle qui en pousse la logique la plus loin. En conséquence, ces six (très) longs épisodes se sont vite transformés, me concernant, en un long tunnel d’ennui et/ou d’exaspération. Un tunnel d’autant plus difficile à supporter qu’à ce volte-face scénaristique s’y est associé le même type de volte-face en termes de mise-en-scène. Le retravail numérique de l’image s’immisce dans quasiment tous les plans, même ceux pour lesquels cela ne s’impose pas. Ainsi peut-on se retrouver avec des scènes sur des bateaux où la lumière sur les visages ne varie pas d’un iota ou bien encore avec des scènes sensées se passer dans l’obscurité d’une crypte éclairée au flambeau mais qui aboutit malgré tout à des visages baignés d’orange et de bleu. (Oui, on en est arrivé à ce niveau là.) Côté musique : même constat. Il ne s’agit plus de la penser comme une ligne de narration extradiégétique qui viendrait colorer subtilement une scène. Non, désormais tout doit être surligné grossièrement quoi qu’il arrive. Et à ce petit jeu les batailles deviennent des moments particulièrement difficiles à suivre ( spoiler:  ). Et ce qu’il y a de terrible là-dedans, c’est que ce tournant formel semble totalement assumé. Depuis que le duo Benioff / Weiss a pris le pas sur les romans de G.R.R. Martin, l’orientation de cette série s’est clairement tournée vers une lecture et un traitement plus mainstream. J’irais presque jusqu’à dire que, depuis la saison 6, on a assisté à une progressive « Marvelisation » de « Game of Thrones ». Et si j’entends que ça n’en a pas dérangé certains, cela doit quand même nous questionner sur la cohérence globale de l’œuvre. Voir six épisodes durant lesquels la plupart des personnages chouinent à tout bout de champs, pour moi, ce n’est pas respectueux de l’identité et de la tonalité de base sur laquelle reposait cet univers. Même chose quand ces personnages passent des scènes entières à expliquer littéralement et sans ambiguïté ce qu’ils pensent et ce qu’ils font. Même chose également quand ces mêmes personnages, soudainement confrontés à une bataille dantesque, se retrouvent soudainement transformés en golgoths capables d’accomplir des prouesses physiques incroyables. ( spoiler:  ) Alors peut-être que ça satisfera les fans d’« Avengers » tout ça, mais pour moi ça me donne un peu l’impression qu’on m’a transformé mon Mozart en opéra-rock. Et cette saison 8 entend pousser tellement loin la spectacularisation et l’émotion de sa conclusion qu’elle ne pense plus ses scènes qu’ainsi : soit il faut que ça se batte, soit il faut qu’on créé un moment d’émotion préliminaire pour générer ensuite un enjeu sur la bataille qui va suivre. Au fond, le seul épisode qui sort de cette logique c’est le dernier. Et c’est d’ailleurs ce qui sauve pour moi cette ultime saison d’une triste note de 1/5. Pour moi, cet ultime épisode, l'air de rien, il parvient à éviter de justesse le naufrage total. spoiler: Et au fond c’est un peu là que j’enrage. Cette série avait, de mon point de vue, une excellente conclusion sous le coude. Seulement voilà, à trop se focaliser sur les combats et sur l'émotion facile, Weiss et Benioff ont oublié de travailler la subtilité de leurs personnages, de leurs situations, de leur cheminement. Ils ont joué la carte de l’habitude, de la simplicité, de l’effet de manche… Et je pense malheureusement qu’ils n’avaient pas le talent nécessaire pour compléter avec la même épaisseur le travail de G.R.R. Martin. Cette dernière saison de l’ennui et de l’exaspération en est malheureusement pour moi la triste illustration. Et étonnamment, c’est aussi cela qui va contribuer à faire de « Game of Thrones » une série totalement de son temps. De la même manière que ses premières saisons avaient su incarner l’explosion en termes d’audace du monde sériel, ses dernières vont incarner à la perfection les modes et raisons de la fin de cet âge d’or. Un âge d'or qui semble d'ailleurs désormais déjà très loin. Beaucoup trop loin… Mais bon... Après tout ça, ça ne reste que mon point de vue. Donc si vous n’êtes pas d’accord et que vous voulez qu’on en discute, Parce que le débat, moi j’aime ça… ;-)

On a Régardé Pour vous Serie GAME OF THRONES

(En cas du problème - faites-le nous savoir dans les commentaires ou via formulaire de contact)

Commentaires (1)

BenjBenj | le 20 December 2020 12:17

@ Mark.SOS "euh, et tu aurais voulu que ça termine comment ?"

Revenons 10 ans en arrière :
"Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine ... " 😁
2005, juillet : Date de mon voyage vers Westeros. Je découvre et plonge dans l'univers de MONSIEUR Georges R R MARTIN. Je venais de finir de lire l'intégral du SDA qui m'a bien nourri en héroic fantasy, et, du haut de mes 18 ans, j'aspirais à un univers plus sombre, plus... MARTIN !
Mon gout pour les intrigues politiques mêlée à des aventures épiques, des personnage tellement ignobles qu'on ne peut se les représenter qu'à travers les traits de sa prof d'Histoire/Géo, vieille-fille qui n'aime que les chats (c'est comme ça que je voyait Joffrey 🤣 ). A cela, on y mélange des scènes sexuelles qui laisse peut de place à l'imagination... Bref du sang, du gore et du c*l -> voila qui fait un super mélange.
C'était le début d'une histoire de plus de 15 ans ( j'attends encore les deux derniers tomes).

Qu'elle n'était pas ma surprise et mon impatience lorsque j'ai appris le tournage de la S1, qui plus est, fidèle, à la virgule prés, au prologue du livre et au 2 premiers livres. "La CLAAAAAAAAASSE" !

Ensuite, oui, il a fallu adapté car, entre nous, la série aurait été tout simplement IN.DI.GE.STE. L'intérêt des livres résident principalement dans l'écriture qui consiste à mettre le lecteur en spectateur actif suivant un personnage à chaque chapitre. Ainsi, une scène est vécue plusieurs fois, sous des angles différents. Je mets donc quiconque au défis de transposer cela à l'écran tout en gardant intacte l’intérêt.

Néanmoins, je dois avouer que, au fil des saisons, les showrunner se sont un peu perdus et ont du faire des choix ( malheureux peut-être). Mais n'oubliez pas une chose : en 2013, G.R.R.M a confié qu'il avait donné la fin aux scénarites : " si d'aveture [il lui] arrivait malheur, la série [lui] survivrait comme à l'état originel". Ce qui explique donc que les derniers tomes soient différés et offre une fin alternative à la série.

Pour ce qui est de la série, plus besoin de la présenter. J'aurais simplement un conseil pour les néophytes :
Allez au bout de la saison 1 avant de vous faire un avis !


Information
Les utilisateurs de Guests ne sont pas autorisés à commenter cette publication.