onaregarde-pourvous » PROPOSITION » Autres » DIRTY DIARIES

DIRTY DIARIES

PROPOSITION / Autres 440 0 10-07-2021, 12:36

Avis de marie sur DIRTY DIARIES :

L'histoire de plusieurs soirées chaudes au pays du froid entre hommes et filles ou moins si affinités.
C'est déjà difficile d'aller voir un film porno au cinéma alors si en plus il faut le critiquer !
On va commencer par ce qui est à peu près réussi. La musique est sympa, assez hype pour faire techno passe partout sans être inécoutable. En tout cas pas trop mal composée par rapport au sujet.
La prédominance des femmes, autant dans leur sexualité que dans leur dénonciation de l'attitude des mecs. Autant dire qu'il y a plus de courts métrages de lesbiennes que d'hétéros.
Le parti-pris contemporain de la photographie. On est loin des joliesses d'Hamilton mais comme il s'agit dans l'ensemble de réfuter les fantasmes et la suffisance masculine, cela s'explique facilement.
Enfin on pourrait parler de l'évitement de la scène phallocrate du rapport missionnaire, sauf dans une scène de levrette tournée avantageusement en ridicule pour le plus grand bien de deux lesbiennes.
On est bien dans un porno féminin mais pas si artistique que ça et très clairement situé sur le féminisme radical qui finit forcément soit sur la femmosexualité soit sur l'homme pénis jetable (et si possible jetable après usage). On est en Suède et à l'instar du Canada, pas vraiment de surprise. On verra dans 30 ans si les hommes vivront encore là bas.
Par contre, on est obligé de passer aux trucs qui fâchent le cinéphile. Le macho lui est fâché depuis le 5ème ou 6ème sketch, il est en fait déjà sorti de la salle (et ils furent nombreux à faire ça au Lincoln, sans mentionner tous les retraités qui sont arrivés ostensiblement en retard dans le noir pour être sûr de n'être pas reconnus).
Car il est vrai que l'intention clairement anti machisme arrive même au cerveau testostéronné à outrance d'un macho de base.
Le vrai problème dans cette démarche est d'abord de n'avoir pas réussi à fédérer des réalisateurs connus ou professionnels. L'amateurisme et le côté snuff movie passe mal dans une vraie salle de cinéma, surtout sur les Champs Élyséens.
Ensuite, à part deux opus, il n'y a aucune histoire, pas une once de scénario.
Peut-être est ce pour dénoncer l'acte sexuel pornographique qui n'a ni but ni légitimité ni continuité ni reconnaissance sociale, encore moins le sous genre cinématographique X. Mais on pouvait le faire avec beaucoup plus d'humour ou de drame. Et que le message passe avec plus de classe.
Après, on ne peut que regretter le manque d'audace ou de risque ou tout simplement de sentiments qui font le lien entre ses actes sexuels à la chaîne.
C'est peut-être ce qu'attendent les hommes féministes dont je fait partie et c'est peut-être ce que les vraies activistes du grand froid ne veulent même plus offrir tant elle savent que dans les histoires d'amour tendre et sincères, c'est toujours l'homme qui fout tout en l'air (mais pas forcément jusqu'au septième ciel !). Je pense bien sûr à l'horloge biologique qui quand elle s'enclenche met en péril bien des relations lesbiennes.
Bref, on reste sur sa faim de pornographe masculin où seules les femmes semblent prendre leur pied et de cinéphiles pour qui ce recueil est inachevé, au moins techniquement.
Mais une fois la déception passée, on est obligé de saluer le travail volontairement non glamour pour torpiller le but masturbatoire de la pornographie.
Hélas, on pouvait tout aussi bien faire quelque chose de drôle ou de littéraire ou de plus artistique sans vraiment se forcer et porter le même message.
On saluera donc l'intelligence anti-macho du dessin animé et son humour rentré.
Le lesbianisme militant et chaud des deux « so called » sœurs. On peut aussi mentionner les peaux sous tissus du début et les catcheuses. Tout le reste est soit très plan plan soit légèrement indigeste.

On a Régardé Pour vous DIRTY DIARIES

(En cas du problème - faites-le nous savoir dans les commentaires ou via formulaire de contact)

Commentaires (0)

Information
Les utilisateurs de Guests ne sont pas autorisés à commenter cette publication.